La générosité des gens de Georgetown

Georgetown est une belle petite ville historique. En bordure de l’eau, c’est une ville qui accueil souvent des touristes de passage. Nous avons passéé huit semaines à quai dans cette ville. Pas par choix, mais par obligation… Il y a un autre “post” qui explique la raison de ce séjour forcé. Nous avons tellement passé de temps ici, que les locaux nous connaissent maintenant. Ils prennent des nouvelles de nous et nous demandent régulièrement s’ils peuvent nous aider, nous propose leur voiture, etc.. C’est bizarre pour nous, gens du Nord, car chez-nous, c’est rare de voir cette entraide. Ici les gens se salut, peu importe s’ils ce connaissent ou pas. C’est l’accueil des sudistes m’a ton dit.

 

Ce post est dédié aux personnes qui nous sont venu en aide. Que se soit pour le transport, pour les conseils, pour leurs écoutes, etc. Nous voulions vous dire merci (thank you very much). Je vais vous décrire quelques petites anecdotes, j’espère ne rien oublier. Je vais sûrement oublier certains noms, mais ils ne sont pas moins importants pour nous. C’est seulement que j’ai mis du temps à rédiger notre blog vue notre moral plutôt très essouflé. Parfois nous n’avons pas toujours demandé de l’aide, car nous sommes des personnes fières et habitués de faire tout nos choses par nous même.

 

En arrêtant avec nos amis du Happy Song, je débarque pour aller faire les boutiques, le temps que Danny est avec le 1er mécano. Ils essayent de trouver notre problème de moteur (le moteur tourne, mais ne démarre pas). En fesant notre laîche vitrine, je voie une boutique de laine. Bon passe temps pour résoudre mon problème de stress. La boutique est fermé, je vais devoir repasser un autre fois. Une ou deux journées après, le problème n’est toujours pas résolu et le stress a monté d’un cran. Je retourne donc à la boutique de laine. C’est une très belle boutique! J’y achète tout ce qu’il faut pour me faire un cache-coup, car j’ai parfois froid pendant la navigation. J’initie aussi Marie-Christine du Happy Song au tricot (c’est contagieux!) À l’allure que nos travaux vont, j’aurai le temps de faire quelques petits projets de tricots.

 

J’y retourne après avoir fini mon “Cawl” pour acheter la laine afin de  pouvoir fabriquer deux autres aux couleurs Minecraft (vert et noir pour mes deux petits cocos). Cette fois-ci, je suis invité à aller tricoter avec d’autre membre du “knitting club”. Mardi moi et Morgane allons tricoter avec ces dames très intéressentes. Un dame présente, me raconte qu’elle a vécu plusieurs années sur un voilier. Jessy est venu nous rejoindre un peu plus tard, car il aidait son père sur le bateau. Il a lui aussi apporté son tricotin. Nous avons eu bien du plaisir cette après-midi avec Ellen et son groupe de tricot.

Une apperçu du coin tricot de la boutique d’Ellen

20150512_133617_resize

Quelques jours plus tard nous partons avec notre charriot pour les emplettes (épicerie, poste et quelques petites picochines à cacheter). En revenant, nous repassons devant la boutique d’Ellen (PRENA Knits @ JOYfilled Gifts), elle sort et nous appel. Elle avait des surprises pour les enfants, plusieurs livres d’activités, des autos et des figurines de chiens. Les enfants sont très content, mais ce n’est pas tout. Elle nous offre aussi d’emprunter sa voiture ou une bicyclette pour faire les courses. Nous sommes aussi les bienvenus dans sa boutique pour profiter de l’air claimatisé. Quelle gentillesse, c’est très généreux de sa part. Cependant, nous sommes à une semaine de repartir chez-nous en avion pour aller régler quelques petites choses chez nous à la maison. Donc, nous n’aurons pas besoin d’épicerie d’ici là. La seule chose que nous avons besoin c’est d’un transport vers l’aéroport de Myrtle Beach. Donc, nous demandons pour le transport un peu plus tard.

Ellen à l’aéroport avant notre départ.

20150524_085858_resize

Une semaine avant notre départ nous observons des camps de jours. À Georgetown, il y a des camps de jour de voile. Les enfants de 8 à 14 ans peuvent venir apprendre les rudiments de la voile. C’est le Musée Maritime de Georgetown qui en sont les responsables. Justement nous n’avions pas visité le musée maritime, car je le gardais pour notre retour, histoire d’avoir quelque chose à faire au retour de notre escapade québécoise. Je regarde les instructeurs qui ont beaucoup de patience et je trouve l’activité très bien dirigé. Il y a deux bateaux à fin de diriger les enfants. Les enfants sont dans une petite embarcation de type Optimiste. Une voile, un saffran et une dérive amovible c’est merveilleux et pas compliqué.

 

Le vendredi soir, quelques parents loue des Opti pour faire pratiquer les enfants, c’est leur de la course, car quand ont est à voile on cherche toujours à dépasser quelqu’un près de nous. Demandez à tous les gens qui ont un bateau à voile s’ils coursent… Ceux qui ne course pas font sûrement du quai !   Des grands-parents viennent sur le quai pour encourager un de leur petit fils. Ils aident les parents de leur petit fils en gardant les plus jeunes. Ils nous saluent et engage une discution vu que nous sommes voisin des courses, que nous suivons les courses et aidons parfois un ou deux petits novices. Les gens que nous rencontrons sont très currieurx, impressionnés et intéressés par notre voyage et nos péripécies. Ils nous demandent ce que nous fesons à Georgetown. Brigitte et Victor sont des gens qui ont beaucoup voyagé, car son mari était pilot d’avion de ligne à l’époque. C’est très plaisant de parler avec elle. Elle est très fier de son petit fils qui navigue devant nous.

 

Elle nous demande si nous serons là pour plusieurs semaines, à cause du problème moteur. Je l’informe que nous partons dimanche pour une courte visite de trois semaines chez-nous. Elle nous informe qu’il y a des courses à tous les vendredi et qu’à notre retour nous devrions les croiser à nouveau. Je suis très contente d’avoir fait sa connaissance, elle est très intéressente. Lorsqu’il quittent le quai municipale pour repartir à leur demeure, elle rebrousse chemin et me demande si nous avons un moyen de transport pour l’aéroport. Je lui mentionne que nous avons celui du dimanche pour le départ, mais que pour notre retour c’est moins facile c’est un jeudi. Alors, elle me sourit et me dit qu’elle se fera un plaisir de venir nous chercher à l’aéroport et nous ramener à notre bateau. Marché conclu, nous échangeons nos courriels, numéros de téléphones et nous lui envoyons tous les renseignements pour notre retour.

Photo de Brigit and Victor

IMG_1044_resize

 

Hi, David and Lisa!

En marchant sur la rue, je regarde à nouveau les magnifiques arbres qui surplombe partout, toutes les rues de la ville, question de bien les gardés en mémoire. Je me demande si je pourrais en avoir un chez-moi. Il s’agit seulement de savoir la sorte pour pouvoir vérifier. Donc, nous arrêtons devant une jolie maison, où il y a des gens sur le balcon avant. Ils y sont accompagnés de leur chien, ce qui fait le bonheur de mes enfants. Donc, après les salutations, je demande aussitôt quelle sorte d’arbre poussent sur cette rue. Les gens me répondent qu’ils croient que c’est des chênes vivant (lives Oaks). C’est parce qu’ils n’habittent pas le cartier depuis longtemps, cette demeure est leur chalet. Ils le rénovent tranquillement pas vite. Alors, nous partons dans une grande discution… Les questions habituelles sont au rendez-vous. D’où venez vous ? Qu’est-ce que vous faites ici? Où vous aller en bateau et combien de temps?

 

Propriétaire lui aussi d’un petit voilier, il est pationné par notre histoire. Nous avons le droit à une visite de leur chalet qui est en fait une très belle résidence antique. Nous nous laissons après une heure ou deux de discution, car nous étions parti pour la marina pour prendre une douche à l’eau chaude. Sans moteur dans le bateau, nous ne pouvons avoir de l’eau chaude pour la douche. Ils trouvent que la marche est bien longue pour avoir accès à la douche et nous propose de nous laisser l’accès à leur chalet à notre retour pour prendre nos douches. Nous n’aurrons toute fois pas besoin de ce service, car à notre retour, la météo fut excessivement très chaude pendant les deux premières semaines (39°C – 41°C), donc douche à l’eau froide directement au bateau. Nous nous laissons sur une idée de souper ensemble, ce que nous prévoyons au retour de notre douche. Nous soupons avec eux et poursuivons nos discutions et les invitons à visiter notre bateau après le souper.

 

Souper avec David et Lisa

20150523_195413_resize

Juste avant de partir nous demandons à David Wallace, que nous avons rencontré à notre arrivée, de surveillé notre bateau. S’il y a du gros temps, de voir à ce que tous les amarres reste biens attachées. Nous les avons bien vérifiées, mais juste au cas où. Il passe souvent près de nous et nous demande comment avance les choses. Il a un commerce de charter (wallacesailingcharters@gmail.com). Il fait des petites croisière avec des gens. Il a même eu un couple qui à réservé un tour pour l’occasion de sa grande demande en mariage à sa dulciné. Les violons et le couché de soleil étaient au rendez-vous. Wow, quelle belle idée.

 

À notre retour, Brigitte est au rendez-vous avec un sourir merveilleux. Elle nous demande si nous avions besoin d’un peu d’épicerie. Nous sommes content qu’elle nous le propose, car oui nous en aurons besoin, nous avons vidé le bateau avant de partir et il fait une chaleur incroyable. Alors, nous sommes enchanté de ne pas avoir à marcher deux miles pour l’épicerie sous le soleil écrasant. Elle nous dépose à une épicerie près de chez elle et passe chercher son mari. C’est merveilleux d’avoir tout ce luxe.

 

Le lendemain, nous passons voir Ellen de la boutique de tricot, pour lui dire que nous sommes de retour. Elle est toujours aussi acceuillante. Nous retournons la voir quelques fois pour tricoter avec elle et pour profiter de l’air claimatisé. Nous allons aussi visiter le Musée maritime qui est gratuit. Nous demandons si nos enfants pourraient essayer les Optis et combien cela coûterais. Nous réussissons à avoir une après-midi de voile pour 40$ chaque enfant. C’est merveilleux! Les enfants seront au rendez-vous le vendredi après-midi pour leur premier vrai cours de voile.

 

Avant d’y participer, nous devrons voir avec eux les rudiments de la voiles selon la direction du vent et essayer de leur faire mémoriser les terms anglophones de voile, car oui bien sur le cours sera en anglais !  Durant la semaine, nous étudions les déplacements des bateaux qui passe devant nous. Les gens du musée sont très sympatiques, ils viennent souvent nous parler. Vendredi arrive enfin. Les enfants sont très impatients de faire leurs propre expérience à voile. Jessy manipule de façon très naturel le petit dériveur. Il a un très grand sourir, je ne l’ai jamais vu sourir comme cela. Il me demande même de lui acheter un Opti. J’aimerais bien, mais nous ne savons pas ou nous pourrions le mettre, avec les deux kayak et l’annexe, il n’y a plus beaucoup de place…

 

Pour ce qui est de Morgane, elle se débrouille bien, mais ce n’est pas aussi facile. Les changement de bord se font pas toujours du bon bord. Parfois le bateau gîte et elle ne me semble pas à laise. Par conte, elle semble avoir bien aimer l’expérience. Leurs cours de voile s’écourte à cause d’une petite orage de fin d’après-midi. Il fait tellement chaud qu’il fallait s’y en attendre. Le musée maritime nous offre de reprendre la fin de notre cours lundi en après-midi. Les enfants accepte avec grand plaisir. Le cours se fini avec un bon “popcycle”, une photo et un chandail du club de voile.

Voici l’adresse de leur site web www.scmaritimemuseum.org

DD7_1070m_resize DD7_1047m_resize DD7_1077m_resize DD7_1084m_resize   Nous sommes choyés, ces gens sont super sympatique avec nous. Ils nous taquinent, vu que les délais s’allonge encore et que d’autre péripécies se rajoute. Ils nous disent qu’il seront là toute l’été. Je les aime bien, il nous manquerons. Avec eux, il y a Mary, une dame qui a beaucoup voyager. Elle nous demande par quel chemin nous passerons et nous mentionne des bonnes places où arrêter. Elle est tellement tendre avec les enfants. C’est elle qui console ou sécurise les enfants qui se sentent moins à l’aise dans leurs bateau. Elle est une super grand-maman. C’est merveilleux de la voir. La dernière journée que nous étions à quai, elle nous a emporté un cadeau, le récit de leur voyage. Ils ont publié un livre de leur voyage. En plus, il est dédicacé d’elle et son mari. Juste pour nous. Qu’elle belle pensée, merci encore Mary.

Mary et l’équipage du Jessymo

 

 

20150624_100229_resize

 

Le temps que nous avons été à quai à Gerogetown, il y avait parfois le soir de la belle musique. Une femme qui habite un bateau au mouillage (live a board) près de nous aime bien jouer du saxophone le soir pour se détendre. Elle le fait par plaisir et c’est un plaisir pour nous de l’entendre jouer. Lors de la fête à Morgane, Carry nous a joué “happy birthday”. Nous étions en route pour manger le pain d’anniversaire de Morgane chez Ellen. Morgane n’aime pas beaucoup les gâteaux, alors je lui ai trouvé une recette de pain et chocolat en forme d’étoile sur facebook. Cette soirée là, nous sommes aller manger une pizza avec Ellen et nous avons ensuite réemprunté sa voiture pour aller faire les commissions en prévision de notre départ éminent.

Carry la Saxophoniste

20150614_193350_resize20150623_204633m_resize   Vidéo de la chansons

 

Nous avons aussi fait broder des casquettes et ces vestes Chez Harbor Shop. Ils ont deux boutiques, une à Georgetown et une à Beaufort (NC). C’est drôle nous avions arrêté à Beaufort cette automne passé pour voir les prix et nous n’avions pas le temps pour les faire faire.  Nous aurons un beau souvenir de notre voyage. Voici le super résultat.

 

IMG_0333

 

Il ne faut surtout pas oublié nos amis qui sont passer par Georgetown pour nous changer les idée. Happy song qui sont rester un bon moment avec nous. Ensuite, il y a eu Belausa qui sont passer une soirée et nous ont permis d’avoir le quai à louer. Les dernier et non les moindre Rio accompagner du Second. Que nous avons eu le plaisir de rencontrer.

 

Voilà après plusieurs changement, je croie avoir bien résumer mes remerciements.

 

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *