Notre moteur tombe malade à Georgetown (SC)

22 avril 2015

Contrairement à l’habitude que nous avions commencé à prendre depuis quelques jours, soit de ce lever tard (8h-9h30), notre routine de navigation en mer recommence. Ça veut dire se lever tôt pour pouvoir partir tôt. Juste correcte pour partir à l’étale, quand il n’y a pas ou peu de courant. À ce moment, il est plus probable de sortir dans une mer tranquille avec seulement des petites vagues et pour arriver avant la noirceur à notre prochain mouillage/arrêt. Les journées sont quand même plus longues qu’à l’automne. Nous partons donc, de Charleston juste après le levé du soleil vers 7h30.

 

Nous n’avons pas grand vent en mer. Ce sera un journée quasiment tout à moteur à l’exeption de deux petits soubre-saut de vent jusqu’à 14 et 18 noeuds, mais qui retombera à presque nul très rapidement. Pendant notre journée de navigation en mer, nous avons passé entre deux énormes cargos qui étaient au mouillage (à l’ancre) en pleine mer, à environ 10 miles de la côte dans 25-30 pieds d’eau! Faut dire que tout le long de la côte Est américaine, il y a rarement plus de 30-40 pieds d’eau, même à des distances allant jusqu’à 15 et 20 miles du bord (on ne voit plus les grattes-ciels à cette distance là). Drôle d’endroit quand même pour s’arrêter!

 

Puis nous arrivons en fin de journée dans l’inlet de Georgetown. Il y a beaucoup de courant, nous avons 4 noeuds dans le nez de notre bateau et nous avançons à 6-6.5 noeuds. Donc nous avançons à un gros 2-2.5 noeuds en considérant le courant, soit l’équivalent de quelqu’un qui marche rapidement à côté de nous… C’est long dans ce temps là et le paysage ne change pas rapidement. Nous nous trouvons finalement un endroit pas trop loin à l’intérieur de l’inlet pour mouiller l’ancre. Nous n’avons pas assez de temps pour nous rendre avant la noirceur à la ville de Georgetown, même si c’est à 10 miles seulement de la mer. Évidement, on tentera de profiter du courant inverse demain matin pour arriver à Georgetown avant 10h am pour y passer deux à trois jours.

 

Dominique est sur le pont et est en train de faire le nécessaire pour descendre l’ancre, moi je passe au neutre pour laisser reculler le bateau, puis tester l’ancre à recullons (moteur à 80% de puissance), afin de vérifier qu’elle est bien plantée et qu’elle ne glisse pas. Mais voilà que le moteur se met à tourner excessivement lent et barbote de tout bord, tout côté, jusqu’à vouloir presque arrêter! Je remet les gaz un peu plus haut, sur le neutre, pour que le moteur reprenne sa vitesse normal et ça marche. Je repasse ensuite au neutre, mais ça ne vas toujours pas. Je fais le nécessaire pour tester l’ancre, puis je le remet sur le neutre (idle). Il tourne vraiment pas normalement et fini par arrêter de par lui même, un peu comme s’il avait un problème d’alimentation en diesel ou comme s’il avait de l’eau dans le diesel. Je revérifierai cela demain matin, avant de repartir, puis j’en glisse un mot à nos amis du Happy Song qui sont ancrés près de nous.

 

23 avril 2014

Le lendemain matin, je réessais le moteur, mais cette fois-ci, il ne veut plus démarrer du tout!?? Je commence mes vérifications avec Rock du Happy Song.

– Vérification que j’ai suffisament de diesel, check.
– Vérification que mon filtre Racor (séparateur d’eau) n’est pas remplis d’eau, check mais il y a un petit fond à enlever par prévention.
– Vérification qu’il n’est pas bouché, check.
– Vérification que la pompe basse pression fonctionne, check.
– Vérification qu’il y a du diesel qui se rend aux injecteurs et qu’il n’y a pas d’air (saigné), check.

 

Humm, c’est pas normal… Tout semble correcte, mais le moteur ne part pas. Je refais les vérifications plusieurs fois.

– Vérifie aussi que le câble du “Choke” fonctionne bien et qu’il n’est pas rester engagé, check.
– Vérification que l’entrée d’air n’est pas bloqué, check.

 

Humm, non, non, non, il y a quelques choses qui m’échappe. Nous appelerons Tow Boat US demain pour qu’il nous remorque à une marina à Georgetown, afin de faire double vérifier l’état du moteur. Je comprend vraiment pas, tout allait bien, sauf quelques ratés occasionnels depuis quelques matins après être traversé sur la côte Est américaine. Peut être à cause de la température un peu plus froide que les Bahamas, mais rien d’énervant. C’est quelques ratés sont possiblement le résultat d’un problème avec un des glow plug qui pourrait possiblement être défectueux, à vérifier ultérieurement.

 

24 avril 2015

Arrivé à Hazzard Marine on nous dis que nous ne pouvons pas rester là très longtemps, seulement 2-3 jours. Ça nous dérange pas on veux juste faire revérifier notre moteur et passer deux à trois journées à Georgetown, puis continuer notre assension vers le nord. Nous voullons prendre notre temps pour remonter et avoir la possibilité d’allez à Newport par Long Sound Island près de New-York, afin d’allez voir les magnifiques architectures des mansions (Breakers, Rosecliff, Marble House, etc.) Nous voulions allez les faires en début de voyage, mais nous n’avions pas pus, faute de temps. Nous voullons aussi aller voire bien d’autres choses autour de New-York que nous n’avons pas eu le temps de visiter en descendant à cause de notre bris de moteur, la première journée que nous sommes parti en début de voyage.

 

Nous devons donc attendre que le mécano passe le lundi suivant, car on est la fin de semaine. Après ça visite, rien d’anormal avec le moteur, il ne comprend pas lui non plus… La seule chose qui reste à vérifier c’est la compression, mais c’est quasi impossible qu’il y est un problème, car le moteur n’a que 640h au compteur et moins de 7 mois d’usure. Il sent encore le neuf! J’appel donc Westerbeke pour faire vérifier le moteur puisqu’il s’agit peut-être d’un problème sous garantie (gasket brisé, problème de valve ou autres chose dans le genre). Westerbeke nous envoie un sous traitant (mécanicien certifié, mais pas former par Westerbeke) pour eux, car il ne déserve pas plus loin qu’a 300km de la manufacture qui est localisée au Massachussetts. Le deuxième mécano arrive donc et fait quelques vérifications, puis fait ensuite un test de compression sur chacun des cylindres comme je lui ai demandé, car j’étais rendu là dans mon analyse, mais n’avais pas l’outil nécessaire.

20150427_113510_resize

 

La compression des cylindre est tout sauf normal!?? Premier cylindre 420psi, ok, deuxième cylindre 160 PSI, pas ok et le troisième cylindre 100psi pas correcte du tout. Il doivent normalement être au dessus de 400psi pour que la compression soit normale et que le moteur puisse partir. Il met un peu d’huile dans les cylindres et reprend la compression des cylindres. Le troisième cylindre ne change pas du tout. C’est très mauvais signe. Le mécanicien évoque donc, la possibilité que de l’eau ait pus rentrer par le tuyau de sortie des gaz!!!!!! Ben voyon! nous avons navigé toute la journée, précédant cet événement anormal (moteur qui cherchait à arrêter en fin de journée seulement) et la météo était très normal, même pas de grosses vagues!

 

Donc, après quelques jours, Westerbeke (le manufacturier du moteur) demande au deuxième mécano de vérifier s’il y a de l’eau dans le diesel qui se rend au moteur, mais tout semble ok. Il prend un échantillons d’huile pour l’envoyer faire analyser, pour vérifier s’il n’y aurait pas des traces d’eau salée. Il retire aussi le tuyau des gaz d’échappements et constate qu’il y a quelques traces d’eau salée ! Est-ce à cause que j’ai trop essayé de faire partir le moteur sans avoir fermé l’entrée l’eau de refroidissement au moteur après la panne moteur?? Est-ce que j’ai rempli mon tuyaux des gaz et que l’eau ai pu se déverser dans le manifold???

 

Bref, quelques jours après je reçois un appel de M. Bisanti de chez Westerbeke qui nous annonces que notre moteur n’est plus sous garrantie puisqu’il constate sur des photos de l’intérieur du manifold, pris par le mécanicien, qu’il y a quelques gouttes d’eau. Wowww! Ils sont efficace les gens de chez Westerbeke pour poser un diagnostique et trouver des réponses à nos questions! Mais, je lui demande qu’est-ce qui a causé notre panne moteur. Il me mentionne que de l’eau est rentrée probablement par notre tuyau de sortie des gaz. Bon ok, mais comment puisque nous avons navigué à moteur presque toute la journée avant cet événement sur une mer calme avec très peu de vagues. Donc, impossible qu’une vague ait pus rentrer dans le tuyau et monter jusqu’au manifold qui se trouve au minimum 26 pouces plus haut que le niveau de la mer en plus d’avoir comme obstacle un résonateur qui ralenti et retient l’eau le cas peu probable, mais échéant, sous une météo très cavalière???? Mr. Bisanti nous répond que avec ces preuves c’était suffisant pour lui de conclure que de l’eau avait rentré et que le moteur n’était plus sous garantie à cause de cela!!!!!

 

Wow, Mr Bisanti. Nous voulons des preuves de ce qui a réellement causé la perde de compression dans les deux cylindres de notre moteur, et nous voulons comprendre comment ça à pu arriver. Nous ne voulons pas juste des suppositions. Les quelques gouttes d’eau présente dans le manifold est-ce là seulement le résulta causé par moi-même d’une mauvaise manipulation à essayer de faire repartir mon moteur après que nous ayons eu la panne (plus de compression). Même si j’ai fait rentrée de l’eau par inadvertance dans le moteur, ça explique pas la perde de compression antérieur. L’histoire ne tient pas la route. Nous voulons des preuves de ce qu’il avance, car ça pourrait être tout autre chose genre crack dans bloc, gasket qui à fendu, valve qui à brûlée, injecteur collé, etc. Tout cela pourrait être visible si on allait plus loin dans le diagnostique et nous demandons donc qu’il nous fournisse des preuves en permettant au mécanicien de lever la tête du moteur pour constater d’où vient la perte de compression.

 

Mr Bisanti refuse catégoriquement que le mécanicien aille plus loin, puisque c’est pas un mécanicien formé par Westerbeke et nous recommande plustôt de lui envoyer le moteur (sortir le moteur du bateau) à leur usine, afin qu’il fasse eux même les vérifications avec leurs mécaniciens Westerbeke!!? Mais quoi, il n’a pas confiance au professionnalisme du mécanicien certifié qu’eux-même il m’on envoyé? Ou ce ne serait pas plustôt parce qu’il ne voudrait pas que nous découvrions une toute autre véritée qui démontrerait que c’est un problème relié à la fiabilité du moteur et donc sous garantie et à leur frais pour l’ensemble du remplacement ou réparation très couteuse?

3 mai 2015

Nous demandons, donc avec une mise en demeure à leur attention, de nous fournir des faits avec des preuves photos pour appuyer leur dires avant de retirer le moteur et leur envoyer pour une analyse plus en profondeur. Savent-il ce que ça représente comme coût, temps et délais pour faire ça. Je pense que oui, et je crois qu’il pense que nous avons inventé une histoire de toute pièce pour faire passé notre moteur sous garantie et qu’il veulent tout simplement nous en dissuader en faisant de l’intimidation et en nous empêchant d’ouvrir la tête du moteur pour constater préliminairement la cause à moindre coût et dans un délai très rapide pour nous.   Non, Mr Bisanti est très formel, si nous voulons allez plus loin dans le diagnostique c’est : – Soit de notre propre décision en faisant ouvrir le moteur, même par le mécanicien qu’il nous on envoyé, ce qui aura comme concéquence d’annuler la garantie du moteur, donc tout devient à nos frais, même si Westerbeke avait tord. – Soit en retirant le moteur du bateau (moteur inbord) et en l’envoyant par la poste à leur usine pour qu’il puisse approfondir l’expertise et nous informer sur les raisons probables de la cause avec preuves à l’appuis.

 

Nous n’avons pas trop le temps, car nous savons que si on procède ainsi, les délais exploseront et nous dépasserons le temps et argent initialement alloué pour notre voyage, sans compter que nous ne seront probablement pas revenue à temps  (15 juin) pour faire passer les examents d’école demandé par le ministère de l’éducation, sans compter non plus que nous n’aurons probablement pas la chance de visiter tout ce que nous avons dû sauter en début du voyage à cause des délais pour remplacer notre premier moteur sauté et sans compté que nous arriverons proche du début de la saison des ouragans, etc., etc., etc.

 

De l’autre côté, nous n’avons pas non plus fait quoique ce soit qui puisse être dommagable au moteur et nous avons exécuté tout nos maintenances comme il se doit et nous n’avons pas l’argent pour remplacer une deuxième fois un moteur qui se chiffre à près de 10,000$ US!

 

On n’a comme pas trop de choix et nous sommes assez certain de notre coup. Un moteur ça brise pas tout seul comme ça, donc on fonce et on joue le jeux. Je défais le moteur et on l’envoie chez Westerbeke. On ira jusqu’au fond des choses pour savoir ce qui c’est réellement passé et de comment ça a pus arriver, afin de corriger la situation, si c’est de notre faute. Autrement, on sera toujours dans l’incertitude de pouvoir ravoir cette problématique et ne voulons pas avoir à rechanger encore une fois le moteur, ça pas d’allure!

20150506_140749_resize 20150506_140239_resize 20150624_143028 - Engine out_resize

 

8 mai 2015

Une guerre sans merci éclatera t’il ou juste un petit feux de paille, car finalement la vérité sera évidente et sans appel? L’histoire de notre moteur sera raconté dans le post suivant, car beaucoup trop de chose à écrire…

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *