R.I.P. Westerbeke 30C Three (octobre 2014 – avril 2015)

8 mai 2015

Donc, notre moteur est parti depuis ce matin et arrivera dans quelques jours chez Westerbeke au Massachussetts pour  une inspection, je l’espère, plus approfondi du bris. Pour l’instant nous savons simplement que la compression sur le deuxième et troisième cylindres sont anormaux, car ils étaient en dessous de 400 psi, d’où la cause que le moteur n’a jamais voulu repartir depuis. Avec une compression si faible, il est de loin impossible que le diesel puisse se faire compresser assez afin de s’enflamer. Comment expliquer qu’un moteur de sept mois avec 640h d’utilisation, entretenu selon les recommandation puisse briser et ne pas être sous garantie !!!

 

13 mai 2015

Après la réception du moteur chez Westerbeke, il mettre très peu de temps à investiguer et nous fait parvenir quelques 4 photos du moteur le 15 mai 2015 et nous annonce qu’il y a beaucoup de rouille dans une des chambres de combustion (cylindre #3). M. Bisanti précise bien que la rouille ne date pas juste de quelques jours. Ça date probablement de plus longtemps (voire même semaines), car même les “rings” du piston sont saisi dans la rouille. Donc aucun doute pour eux, c’est de l’eau de mer qui a rentré par l’exhaust. En plus, il constate une petite tâche de rouille dans le fond du réservoir où se trouve le deuxième filtre à diesel du moteur. Chose que j’avais vu aussi en faisant mes vérifications. Possible aussi qu’il y ait eu une contamination dans le diesel, mais c’est pas assez majeure pour qu’il puisse croire à ce que ce soit la cause première, donc cet argument est mis de côté. Il nous informe donc officiellement par courriel avec photos que le moteur sous ses conditions n’est pas couvert par la garrantie.

 

Intérieur du 3e cylindre (glacé et rouillé)
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Intérieur du bolle où se trouve le filtre monté sur le moteur (un peu de rouille)
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Vue intérieur vers le cylindre où s’installe le manifold
_000_1133 #3 cyl cyl head runner_resize

 

Vue intérieur dans le manifold (vers l’exhaust)
_000_1129 #3 cyl exhaut man runner_resize

 

Il me mentionne aussi que notre moteur acheté au mois de septembre passé, n’est plus disponible en revente comme remplacement, car les normes antipollutions ont changé cette année et que je ne pourrai pas me procurer un remplacement tel quel (27hp, Westerbeke 30C Three). Je devrai acheter un nouveau moteur qui rencontre les nouvelles normes antipollution. Donc, ça veut dire avec possiblement des équipements supplémentaires sur le systême d’échappement des gaz. Mais, est-ce que ça va rentrer dans le minuscule compartiment pour l’espace moteur? Je sais pas et je ne crois pas. Ça voudrait dire que j’aurai à faire fitter des équipements supplémentaires sans savoir si ça va réellement rentrer et marcher, car personne ayant un Gemini n’a été contraint à faire cela, puisque c’est tout nouveau de quelques mois ce changement dans la lois.

 

– “Non, non, non, mais attendez minute Mr. Bisanti, notre bateau n’est pas immatriculé aux États-Unis, il est immatriculé Canadien et les normes antipollutions au Canada n’ont pas changés pour les bateaux, dû moins pas encore… Fournissez-moi un moteur version 27 hp, 30C Three comme j’avais, la vente de celui-ci est encore légalement autorisé au Canada. Ça m’évitera beaucoup de problème à faire rentrer ça à sa place dans le bateau. Ce sera simplement un remplacement tel quel de la version que j’avais déjà (Westerbeke 30C Three)”.

 

Ça semble compliqué, il ne sait pas si ça va pouvoir se faire. Il faudra de la paperasse pour que Westerbeke puisse me vendre/fournir un moteur sur leur territoire qui n’est plus légal selon les nouvelles normes des États-Unis. Non, c’est pas compliqué, il faut juste fournir une copie de l’immatriculation pour prouver que le moteur ira bien dans un bateau immatriculé Canadien (il est inbond, mais Canadien). Ouff, un problème de plus non nécessaire d’esquivé.

 

De ma propre initiative et sans tarder, je demande deux soumissions à un “dealer” Westerbeke de la région. Une pour un moteur neuf et une pour un moteur reconditionné, pour savoir ce qui sera le moins cher. Puisque le bris moteur semble être un incident causé par une ou plusieurs vagues qui ont pu rentrer accidentellement par le tuyau des gaz d’échappement lorsque nous étions sous voile (pas à moteur), dans ce cas il est fort possible que mes assurances puissent couvrir l’événement. Bref, une partie seulement,  car j’ai un déductible de 3600$ US à payer en cas de réclamation!

 

En parralèle à toute ce branle bas de combat, je me fait faire aussi une soumission en Ontario pour un moteur complet, car M. Bisanti me mentionnait qu’avec l’état du moteur ça couterait sûrement moins cher un moteur neuf que de reconditionner le bloc moteur. Je vérifie en Ontario car avec le taux de change CA/US qui est presque de 25% en ce moment, ça peux valoir la peine de l’acheter là (8500$ CA) et de le faire livrer ici moyennant quelques trois, quatre cent dollards pour le transport.

 

20 mai 2015

Ça fait quelques jours que j’attend les trois soumissions et celle qui vient du “dealer” en Ontario (Anthony Keats Marine) est rentré en 24 heures. Wow, très rapide comme service, mais je ne pourrais pas en dire autant du “dealer” US qui ne m’a toujours pas répondu. Je fait donc une relance par courriel et je reçois un appel de Westerbeke me disant que le “dealer” le plus près de moi ne VEUX PAS ou ne peux pas, car trop occupé pour faire cette petite “job”. Probablement que la vrai raison c’est que c’est pas assez payante pour eux. Humm, quel bon service de la part d’un “dealer”!!! C’est donc à ce même moment que M. Bisanti m’informe qu’à cause de cette situation, Westerbeke même pourrait exécuter la réparation directement à la manufacture de Westerbeke, contrairement à l’habitude, car il ne veulent pas empêcher leurs revendeurs Westerbeke, qui paye pour s’annoncer comme revendeur Westerbeke, de faire leur profie sur tout produits et services qu’un client pourrait demander ou avoir besoin. Bon, le principe on le connait et c’est correcte, mais que le dealer Westerbeke réponde qu’il ne veux pas le faire!!!!! Ça, je trouve ça très ordinaire à faire, surtout que c’est le même dealer avec qui j’ai du faire affaire pour le deuxième mécanicien qui est venu vérifier le moteur sur mon bateau, au nom de Westerbeke. Ce même Richard qui disait qu’il comprenait bien notre situation et qu’il ferait le maximum pour nous aider à résolver ce problème. Il connait notre situation problématique et sait qu’on est pris ici, toute la famile, et que nous devons revenir au Canada rapidement pour plusieurs bonnes raisons (examen du ministère pour les enfants, fin de notre police d’assurances pour le sud, on va dépasser notre 183 jours pour la RAMQ, saison des ouragans qui arrive, etc.). Humm, oui, oui monsieur, je vous crois sur parole (frustration, car ont ne cesse de recevoir des briques depuis le bris moteur).

 

En tout, ça fait déjà quatre semaines que nous sommes coinçé ici à Georgetown. La ville est belle, mais il faudrait pouvoir quitter au “PC”, car je n’ai plus d’argent et on a fait pas mal le tour de cette charmante petite ville. Plusieurs locaux nous demande même des nouvelles de notre moteur et de comment “avance” notre situation. C’est bien pour dire que nous sommes là depuis assez longtemps. Un autre post parlera de cette charmante ville et des rencontres que nous y avons fait.

 

Aujourd’hui le 21 mai, nous venons d’avoir l’estimé de Westerbeke pour le remplacement par un moteur quasi totalement neuf. Westerbeke nous propose un bloc moteur presque neuf en entier, sauf qu’ils vont réutiliser quelques pièces non critique de notre moteur endommagé.

 

Sommes encore à débourser pour notre 2ième moteur neuf dans le voyage… 5100$US + 3 weeks for delivery! SHIT again!  C’est trop long, nous décidons de regarder pour prendre un avions et faire un petit saut par chez nous pour s’occuper de quelques affaire à faire à notre maison à Blainville. Nous reviendrons à Georgetown (Caroline du Sud) pour le 11 juin prochain, une journée avant la supposé date de livraison du nouveau moteur. J’ai poussé sur Westerbeke pour qu’il livre plus tôt que ce qu’il nous proposait dans l’estimé…

 

Avant de partir, je dois aviser les assurances bateau. Ils sont déjà au courant du dossier, je l’ai ai informé antérieurement de notre problème et du status du dossier. Ils vont maintenant procédé à leur propre investigation. Pas encore tout cela à recommencer avec encore des délais!!! L’inspecteur mandaté par l’assurance (qui se trouve à Londre) est en Floride! C’est un peu loin de nous, mais bon. Il communique avec nous rapidement et nous demande une copie de notre log book du bateau des 2 dernières années pour vérifier tout nos entretients, il nous demande une copie de toutes les couriels échangés avec Westerbeke ainsi que les photos disponibles concernant le bris. Il communique directement avec M. Bisanti de chez Westerbeke pour connaître le plus de détail possible. Je lui transmet les photos qu’il demande ainsi que quelques photos de mon installation concernant l’exhaust (hauteur au dessus de l’eau avec des mesures) pour peut-être faire avancer plus rapidement le dossier, çar j’imagine qu’il mettrons en doute mon installation pour ne pas payer…

Nous ne pouvons pas partir tant que l’inspecteur n’a pas terminé avec notre moteur, car il pourrait vouloir venir vérifier quelques chose ou demander de prendre en photo certaine chose à propos du bateau.

Après quelques échanges entre M. Wager (l’inspecteur pour l’assurance) et M. Bisanti, je reçois un courriel me mentionnant qu’ils ne croient plus que ce soit un problème d’eau qui ait rentré par l’exhaust, mais que c’est un problème de contamination par l’eau salé dans le diesel!!! Comment-ça un problème d’eau dans le diesel!!! M. Bisanti semble avoir changé de discour ou de raison malgré qu’il m’a assurer que la quantité de rouille présente dans le moteur ne pouvait qu’être causé par une intrusion d’eau par l’exhaust. Est-ce que le discour a changé pour permettre à l’assurance de ne pas avoir à payer pour ce bris? L’inspecteur demande donc à la marina Hazzard Marine de venir prendre un échantillons de mon diesel pour l’envoyer le faire analyser, afin de vérifier si j’ai une contamination par l’eau salée dans mes réservoirs diesel. Il prétent que c’est simplement pour ne pas que le problème se reproduise avec le nouveau moteur. La démarche est logique, mais je suis pas certain que c’est vraiment juste pour ça… On verra bien.

Le 22 mai, je prend l’initiative de lui envoyer quelques photos de mes installations concernant mes filtres pour le diesel, afin de démontrer que j’ai rien n’égligé sur ce point. Je l’informe que j’ai un double système de filtration/séparateur d’eau en parralèle (Racor 2 micron) en plus d’avoir, en série avec mon “dual filter”, le filtre en papier 2 micron qui est d’origine sur le moteur. Je l’informe aussi que j’avais nettoyé mes deux réservoirs diesel et que j’ai changé de façon préventif mes “O-Ring” sur mes bouchons de réservoir avant le voyage.

Je lui envoie un courriel pour savoir s’il a d’autres requêtes à propos de l’enquête, et je l’informe que nous voudrions quitter pour retourner en avion à notre maison pendant l’attente (environ 3 semaines) de la livraison du nouveau moteur que j’ai commandé à mes frais pour l’instant. De toute façon, au final, ça prendra quand même un nouveau moteur, donc j’ai pris de l’avance dans les démarches au lieu d’attendre d’avoir une réponse de l’assureur et de cumuler encore plus de délai.

 

22 mai 2015

Finalement, nous le remplaçerons par un jumeau identique qui aura le même numéro de série que celui qui n’est plus bon. C’est ce que nous a expliquer M. Bisanti pour nous permettre de pouvoir ravoir un moteur version 30C Three. Ils retapperont le même numéro de série sur le nouveau bloc moteur. Bref, une chance que notre bateau est Canadian et que nos normes antipolutions n’ont pas encore changés pour le Canada, car ça me permet de remettre exactement le même bloc moteur sans ajout d’équipements couteux pour respecter les nouvelles normes d’émission de gaz Américain…

 

24 mai 2015

Nous quittons Georgetown après une recherche exaustive pour des billets d’avions allez retour au meilleur prix. On trouve des billets à 860$ US, c’est pas pire raisonnable comparé à 1800$ – 2300$ US que nous avions initialement trouvé sur internet et par une agence voyage. Nous serons de retour dans trois semaines, le temps de faire passer les examens aux enfants et pleins d’autres choses en plus d’attendre pour avoir le résultat de l’analyse de diesel pour connaitre la décision final de l’assureur. Retour prévus à Georgetown le 11 juin.

 

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *